Loading

Présentation de la récupération de chaleur sur Blanchisseries - Application Recov’Heat

La blanchisserie industrielle est une activité qui constitue une des principales composantes de l’entretien professionnel des textiles. Il s’agit bien d’une activité industrielle dans le sens où une unité de blanchisserie est capable de traiter plusieurs tonnes de linge par jour en utilisant des moyens de production conséquents. Elles sont donc à distinguer des laveries automatiques, des blanchisseries de détail, pressing (nettoyage à sec) qui s’adressent aux particuliers et pour lesquels les volumes traités sont plus faibles et le procédé plus artisanal.

Les besoins peuvent provenir de clients privés (restaurants, hôtels,…) ou publiques (hôpitaux, maisons de retraite,…). Afin de répondre au mieux aux besoins de ces usagers, les blanchisseries industrielles hospitalières se situent donc dans les hôpitaux ou aux environs dans le cas d’une blanchisserie inter-hospitalière d’un Groupement de Coopération Sanitaire. Elles sont donc majoritairement implantées en zone urbaine ou en zone périurbaine.

Malgré l’évolution des techniques et des matériels, la blanchisserie industrielle est très consommatrice en eau et énergie : Les besoins en eau sont de l’ordre de 8 L/kglinge et en énergie de 3 kWhef/kglinge consommée sous forme d’électricité et/ou de gaz. Une partie de cette énergie est perdue puisque rejetée sous forme d’eau chaude issue majoritairement des tunnels de lavage.

Les établissements publics représentent plus de 950 unités réparties sur toute la France et traitant des quantités de linge très variée, de quelques centaines de kilos à plusieurs tonnes par jour.

A la sortie des process de lavage, l’eau restante, qu’on appelle les effluents, est à une température d’environ 40°C, avec des débits connus pour une tonne de linge traité. A ce stade, la règlementation oblige, avant de pouvoir rejeter ces effluents dans les réseaux d’assainissements classiques de la ville, de vérifier que le PH soit entre 5,5 et 8,5 et que la température soit inférieure à 30°C.

Certaines blanchisseries profitent de ces rejets pour une valorisation interne de chaleur via un échangeur qui réchauffe de l’eau à partir des effluents à 40°C. Dans ce cas-là, la récupération de chaleur pour une valorisation « externe » doit se faire à la fin de la chaîne, au niveau du déversement des effluents dans le réseau d’assainissement. Les températures sont basses et il est nécessaire de passer par une pompe à chaleur afin de rehausser leur niveau. Même avec une PAC, l’usage de cette chaleur fatale sera pour des émetteurs à basses ou moyennes températures.

Si aucune valorisation interne n’est effectuée, le prélèvement de calorie peut se faire sur des calories à 30°C et le potentiel de chaleur est alors plus important.



Récupération de chaleur dans les blanchisseries